Forum officiel sur le roman De nos grandioses métamorphoses
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interviews sur le web

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elwin
Admin
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Interviews sur le web   Dim 13 Mar - 17:51

Interview réalisé par le staff du site Twilighters France


Parle nous un peu de toi, où est-ce que tu cherches ton inspiration ?

Je ne la cherche pas vraiment… Je lis beaucoup …l’histoire vient d’elle-même, elle s’impose à moi.


Quel est l’auteur qui t’as marquée?

Il y en a plusieurs… A une époque, quoi qu’on en dise, même s’il est souvent décrié, j’ai beaucoup lu Sulitzer. J’ai adoré « La femme pressée » et « Kate ».
Ensuite, je me suis plongée dans l’angoisse et l’horreur avec Stephen King. Un peu plus tard j’ai découvert Agatha Christie, j’ai du lire à peu près les trois quarts de son œuvre, à peu près 60 de ses romans.
Mais si je ne devais qu’en retenir qu’un, je citerais Guillaume Musso, il a été une révélation. J’ai lu un peu par hasard son roman « Sauve-moi » et cela a été un véritable choc : un auteur français sortait du lot. Je lui trouve un talent énorme. Je suis fan.


Si tu devais choisir un livre ?

Question difficile pour qui aime lire… je dirais « Les Cerfs-volants de Kaboul » de Khaled Hosseini.
Il s’agit du premier roman d’un auteur Américain d’origine afghane. C’est un pur bijou, une merveille, dont la lecture ne vous laisse pas indemne.


Un événement ?

………………………. Dans ma vie personnelle ou dans l’Histoire ? Dans ma vie personnelle, la naissance de mon fils m’a épanouie et dans l’Histoire, le 11 septembre.


Quel lecteur a compté pour toi ?

Mon premier lecteur a été ma mère. Puis ensuite une amie a pris mon tas de feuilles et s’est jetée dedans.
Mon manuscrit a été lu par très peu de personnes avant de partir vers les maisons d’édition.
D’une certaine façon chaque personne qui a lu le manuscrit a compté énormément puisqu’elle faisait partie de cette poignée de gens me poussant à le perfectionner.


Comment vis-tu le fait de faire lire tes romans? Est-ce facile pour toi?

Non. C’est très difficile. Aujourd’hui un peu moins et heureusement puisqu’il est sous presse ! Il faut être prêt à partager son roman. C’est très difficile à expliquer.
Ce n’est pas tant la peur de la critique ou la peur de ne pas « vendre » qui vous paralyse mais plutôt cette impression bizarre de laisser une porte ouverte et de permettre à chacun d’entrer dans ce que vous avez de plus intime.


Qu’est-ce qui fait une bonne histoire d’après toi ?

Je ne sais pas s’il existe de bonnes ou de mauvaises histoires.
On peut écrire un conte de fées profondément ennuyeux où la belle esseulée rencontre le beau prince charmant. Pour certains. D’autres adoreront sans doute.


Quand on aime lire on est toujours très marqué par ses lectures et auteurs préférés. As-tu été inspirée par des romans plus ou moins directement ? Que ce soit par le style, l'histoire, l'ambiance... Ou as-tu eu à gérer des influences que d'un coup tu percevais dans ton écrit et que tu as du retravailler par exemple?

Quand on lit beaucoup, inévitablement on s’imprègne de ce qu’on lit. Enfin, je pense.
Evidemment, quand je me suis penchée sur la Saga Twilight de Stephenie Meyer j’ai découvert un nouveau genre de littérature, à la portée de tous. Cette histoire a provoqué un raz de marée mondial. Les gens se sont mis à lire et à rêver.
Beaucoup ont tenté de surfer sur la vague de la bit-lit. Il s’agissait du filon en or. Certaines maisons d’édition ont carrément décidé de ne plus éditer que cela. Des histoires de vampires.
J’ai pris soin de ne jamais faire ressembler mon roman à un de cela. Il ne s’agit donc pas d’une histoire de vampires.


Peux-tu résumer ton roman ?

Je peux en exclusivité ( !!!) vous livrer la 4ème de couverture :
D'abord, elle avait eu envie de s'évader de la ville de New-York et de tirer un trait sur son passé.
Ensuite, elle avait ressenti le désir, presque un besoin viscéral, de se retrouver.
Jasper, petite ville tranquille du Canada, bordée par les Rocheuses, lui avait semblé être l'endroit idéal pour s'affranchir de sa quête.
Pourtant, un mois plus tard, Logan, vingt-trois ans, se fait agresser sauvagement puis secourir par un inconnu qui connait son prénom...
Elle sait, tout au fond d'elle, que cette soirée la marquera à vie.
Et tandis que les crimes et les disparitions se succèdent, que Jasper sombre peu à peu dans le cauchemar et que le piège se referme toujours un peu plus sur elle, de grandioses métamorphoses s'opèrent en silence.


Tu l’inscrirais dans quel style ?

Là encore la tâche est ardue. Fantastique ? Oui peut être. Thriller ? Egalement. Romantique ? Sans doute aussi.
C’est un roman qui a surpris par son style. Je ne dirais pas qu’il est inclassable mais je laisse le soin aux futurs lecteurs de convenir d’une catégorie dans laquelle le ranger.


Comment, quand écris-tu ?

J’ai écrit « De nos grandioses métamorphoses » principalement en soirée et le week-end. Je travaillais et le temps m’était donc compté pour écrire. Il m’a fallu un an et demi pour l’écrire.


As-tu une "méthode" de travail (plan pré-établi découpé en chapitres...)? Si oui t'est-elle venue naturellement ou a-tu lu des conseils d'autres d'éditeurs... ?

Je n’ai aucune méthode de travail. L’histoire se trouve au départ dans ma tête, je la couche sur le papier sans plan, sans aucune trame et parfois mon récit part dans une direction que je ne soupçonnais pas.
J’accorde en revanche une très grande attention au travail de correction. Je n’hésite pas à corriger, modifier. Sans cesse jusqu’à ce que cela me paraisse abouti.
J’ai parlé dernièrement avec des auteurs. Finalement je pense être une élève appliquée, certains auteurs ont une façon de travailler qui frôle la folie !
J’écris actuellement un second roman, je n’ai toujours pas de plan mais en revanche je connais déjà les moindres détails de l’histoire et je sais également quelle sera la fin à lui donner.


Stephenie Meyer a dévoilé des "playlistes" de ses livres en quelque sorte. Les chansons qu'elle a écouté tout au long de son travail. Y-a-t-il pour toi aussi des chansons que tu as en particulier écouté lors de l'écriture de ton roman?

Quand j’écris il me faut un silence total tout autour. Je me retrouve seule avec mon roman.
Par contre comme je suis une droguée de musique il a pu m’arriver d’entendre une mélodie ou une chanson et d’imaginer une scène.


Qu’est-ce qui t’as décidée à sauter le pas, chercher vraiment à faire publier ton texte ?

D’abord, le fait d’avoir achevé son écriture. Jusqu’à la fin je n’étais pas sure d’être capable de l’aboutir.
Mais on peut écrire 600 pages complètement nulles, creuses, inintéressantes.
J’ai beaucoup douté sur la qualité de mes écrits et j’en doute encore.
Ce qui m’a véritablement décidé pour taper aux portes des maisons d’édition, c’est la conviction que j’étais faite pour cela, pour écrire.


Comment as tu diffuser ton livre (proches, blogs, forums)?

Pour l’instant j’en parle encore très peu. Je suis presque gênée de dire « j’ai écrit un livre et je suis publiée ».
J’ai juste créé un blog il y a plusieurs mois de cela dévoilant l’introduction du roman et 6 chapitres afin de permettre à ceux qui le désirent de découvrir les premières pages du roman.
Le blog compte aujourd’hui près de 1800 visites. J’en suis très heureuse.
Il y a aussi une page facebook liée au roman mais c’est tout. Je n’ai fait aucune promotion.
C’était trop tôt.


T'es tu inquiété du plagiat ou du vol et comment y a tu remédier? Autrement dit comment as tu protégé ton travail?

Avant de l’envoyer aux maisons d’édition je l’ai fait enregistrer à la SGDL, la société des gens de lettres.


As-tu eu recours à des aides extérieures? Avocat pour t'aider sur les copyrights, agent littéraire, correcteur professionnel... Y as-tu pensé? Si oui, le recommandes-tu/peux-tu en parler un peu?

Non rien de tout cela. Je ne peux donc donner aucun conseil en la matière.


Comment as-tu réagi à l’annonce de la maison d’édition qui acceptait d’éditer ton roman ?

Je n’ai pas réalisé. Je suis restée très calme. Aujourd’hui encore je ne réalise rien de ce qui se passe autour de mon roman. Je réaliserai sans doute quand je le tiendrai dans mes mains et qu’un matin je me lèverai en me disant « c’est le grand jour aujourd’hui ». En fait j’attends sa naissance. Il s’agit véritablement d’une grossesse…


As-tu du faire des concessions pour que ton roman soit édité? Si oui, quel genre ?

Non. Aucune. J’ai attendu. Cela prend du temps pour être éditée. J’ai même pu décider de la couverture. Non je ne ressens aucune frustration.


Parvenir à faire éditer un livre semble être un parcours du combattant, comment l’as-tu vécu ?

Il s’agit véritablement d’un parcours du combattant. J’ai très vite compris qu’il fallait être génial, si possible américain, la sœur ou la nièce de … Beaucoup s’en défendent mais c’est un secret de polichinelle.
Il y a très peu de place pour les auteurs français, encore moins pour les premiers auteurs.


As-tu eu des déceptions à un moment ou un autre du parcours ?[/b]

S’entendre dire « non » n’est jamais agréable. Cependant j’ai reçu bon nombre de mails encourageants, y compris d’auteurs, membres ou non de comités de lecture.
Un écrivain m’a écrit en me disant que j’avais du talent et rien à envier aux plus grands. Ensuite il m’a priée de ne pas baisser les bras. Recevoir un mail de ce type, c’est un bol d’air pur, une motivation supplémentaire pour s’accrocher.


Peux-tu nous donner les pièges à éviter ?

S’imaginer qu’on sera édité par Gallimard. Il faut commencer l’aventure en restant lucide et bien sûr rester déterminé.
Il faut aussi accepter la critique, inévitable.
Pour un premier roman, il faut se construire en lectorat, comment procèdes-tu pour faire connaître ton livre ?
Comme je le disais mis à part la création du blog je n’ai pas communiqué autour du roman. Il est temps de le faire je le sais.


Quel est ton sentiment à l'approche de la réaction des lecteurs, es-tu anxieuse, impatiente... ?

D’abord j’ai très peu réalisé que le livre allait bientôt sortir en librairie.
Je ne me sens pas particulièrement anxieuse. Je suis surtout très impatiente !


Où en est l'édition de ton livre? Quand sera-t-il disponible et à quel prix? Donne nous des infos !

Il est en phase d’impression et devrait sortit avant noël.
Il sera disponible au prix de 22 €, c’est un peu cher mais compte tenu de son épaisseur … On peut considérer qu’il aurait pu faire l’objet de 2 tomes bien distincts.


Où en es-tu aujourd’hui ? As-tu des projets en cours ?

Oui bien sûr j’écris encore. Une histoire complètement différente. Je tiens beaucoup au manuscrit que je suis en train d’écrire.


Que conseillerais-tu à ceux qui rêvent de se faire éditer ?

D’abord je conseillerais à ceux qui veulent écrire de ne plus hésiter et de le faire. Pour eux. On écrit d’abord pour soi. C’est un peu égoïste mais si vrai…
A ceux qui veulent se faire éditer, je leur dirais de bien cibler les maisons d’édition et avant toute chose de ne pas négliger le travail de relecture et de correction.


Quels sont tes passe temps en dehors de l'écriture ?

Je bosse beaucoup, j’écris, j’ai une vie de famille harmonieuse et des amis extraordinaires avec lesquels j’aime passer du temps. Il reste donc très peu de temps pour autre chose !
Je lis et j’écoute de la musique. Une vie normale en somme…

-Merci beaucoup-

ITV réalisée le 30 novembre 2010

source: http://www.twilighters-france.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorphoses.forumdediscussions.com
Elwin
Admin
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: Interviews sur le web   Dim 13 Mar - 17:55

Interview réalisée par le forum "Les 4 commandements"

Céline Natale est une jeune femme née le 4 Mars 1978 à Marseille.
Aujourd'hui elle habite à Roquevaire, une ville prés de son berceau de naissance Smile
Le livre de Céline est édité par les Éditions Velours.


Bonjour Céline, comment vas-tu? Cette passion pour l'écriture t'anime depuis combien de temps?

bonjour,
Je vais très bien.
En ce moment j'ai beaucoup de travail mais je ne vais pas m'en plaindre ! La finalisation de "De nos grandioses métamorphoses " touche à sa fin et mon éditeur va pouvoir finaliser le travail de publication. J'ai entamé l'écriture d'un second roman, à la fin du mois de juin. Celle-ci me prend également du temps. Je jongle entre les deux ouvrages.
Ma passion pour l'écriture est étrangement liée à celle que je ressens pour la lecture. J'ai appris à lire à 5 ans et depuis je dévore les romans en tous genres. J'ai des goûts très variés. Enfant j'écrivais déjà beaucoup. Bien entendu rien de sérieux, des poèmes, des textes, des essais. Au collège et au lycée les 4 heures de dissertation le samedi matin étaient pour moi un plaisir, une opportunité que l'on me donnait de pouvoir m'exprimer sur un sujet.

Ton livre "De nos grandioses métamorphoses" sort très bientôt en librairie! Qu'es-ce que tu ressens? as-tu des appréhensions?

Oui "De nos grandioses métamorphoses " sera bientôt dans les bacs. Ce que je ressens est plutôt ambivalent. Il s'agit d'une très grande joie et en même temps d'une très grande peur. L'écriture c'est tellement personnel. On écrit une pure fiction mais on met un bout de soi dans chaque mot, chaque ligne. Il faut être prêt à partager cela. L'auteur se retrouve presque "nu" devant "l'autre".
Disons que je me sens prête et qu'aujourd'hui j'espère que "De nos grandioses métamorphoses " apportera du plaisir à ceux qui le liront.




De quoi parle ton livre? Quel en est le style littéraire?

"De nos grandioses métamorphoses" est un roman qui traite de l'amitié, de l'amour, des relations qui peuvent s'établir entre les hommes.

Le personnage principal est une jeune femme qui vient de tout quitter pour aller s'établir dans un endroit inconnu, perdu au milieu des montagnes avec l'espoir de tirer un trait sur sa vie d'avant et de devenir une autre. Certains évènements vont la conduire sur un chemin dangereux, son chemin. Elle ne deviendra pas une autre, elle deviendra elle même, enfin.

Il s'agit d'une histoire fantastique, la partie fantastique étant ramenée à sa proportion congrue.Je désirais que l'impossible puisse relever du possible. A mon sens il fallait que le lecteur puisse y croire jusqu'au bout.

Comment s'est passé ton parcours de l'écriture de ton livre à l'édition?

J'ai adoré écrire. j'écrivais dès que j'avais un moment. La nuit le plus souvent...L'écriture du roman m'a pris un an et demi.
En ce qui concerne l'édition, j'ai ciblé les maisons. je n'attendais rien des plus grandes, j'ai essentiellement contacté des maisons jeunes et de plus ou moins grande notoriété. j'étais consciente des difficultés que j'allais rencontrer.
j'ai ensuite reçu des mails d'auteurs, certains faisant partie de Comité de lecture, d'autres d'éditeurs me refusant leur maison mais m'indiquant pourquoi et me donnant des conseils judicieux.
J'ai été agréablement surprise.

Penses-tu continuer à écrire après tout cela?

J'écris encore. Écrire m'est devenu nécessaire.

As-tu un métier à coté? D'autres passions?

De métier je suis juriste.
Des passions ? j'en ai plein. Trop peut être. J'adore l'écriture bien sur mais aussi la lecture. L'infographie, le design est une autre forme de création que j'affectionne. Les nouvelles technologies m'attirent et pour finir je vis en musique.
Il s'agit d'un de mes plus grands regrets. j'aurais aimé savoir jouer d'un instrument.

Merci pour cette interview Céline, as-tu un dernier mot à ajouter pour nos membres?

Oui. Lisez. Écrivez. Écrivez sans penser à l'édition. Écrivez pour vous, juste parce que vous aimez cela.
Et puis fouinez sur internet ou chez votre libraire. Il y a des auteurs talentueux édités par des petites maisons d'édition et d'autres qui ont bien moins de talent et qui sont édités par des grands. Aujourd'hui on ne cherche plus vraiment le talent en France. La plupart du temps on retrouve dans les bacs les traductions d'auteurs étrangers parce qu'ils sont "bancables".
bien entendu la plupart de ces ouvrages sont passionnants, je les lis comme vous tous, mais certaines découvertes pourraient fort vous surprendre !

Merci pour cette interview. A très bientôt j'espère !

ITV réalisée le 8 septembre 2010.

source: http://communaute-ecrivains.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorphoses.forumdediscussions.com
Elwin
Admin
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: Interviews sur le web   Mar 15 Mar - 9:56

Interview réalisée par Lotis du site Auteurs Avenir

Céline Natale, bonjour. Tout d'abord, dites-nous qui vous êtes !
Bonjour !
Qui suis-je ? …
Je suis née à Marseille il y a un peu plus de trente ans (je n’en dirai pas plus !).
J’y mène aujourd’hui une vie épanouie avec mon mari et mon fils.
Juriste d’Affaires de formation et de métier, j’ai monté mon propre Cabinet il y a peu de temps.
Passionnée par la littérature depuis l’enfance, j’ai lu sans retenue avant de me tourner vers l’écriture, naturellement, par pure envie, par besoin aussi.

Comment vous est venue l'idée de ce livre et de quoi vous êtes-vous inspirée ?
L’histoire s’impose à vous.
Si au départ les détails vous échappent encore, le noyau dur, le cœur même de ce que vous voulez transmettre est une évidence.
Nécessairement on s’imprègne de ses lectures même si je pense ne pas m’en être « inspirée ».
En revanche, je me suis permis de « métisser » le réel et le fantastique, en toute liberté, chose qui aurait peut-être été plus difficile il y a encore quelques années.


Vos personnages portent des noms pour le moins étranges et la ville où se situe votre histoire aussi. De quoi vous êtes-vous inspirée pour ces éléments ?
Jasper, qui est la ville où se déroule effectivement l’histoire, existe vraiment.
Elle se situe au Canada, dans la province d’Alberta.
Je me suis documentée, imprégnée de nombreuses photos et j’ai tenté d’en retranscrire une image fidèle et réaliste.
Notre héroïne se prénomme Logan, prénom habituellement masculin c’est vrai.
Je désirais lui créer une identité et « Logan » sonnait bien à mon oreille… Céline est un prénom féminin d’un point de vue général et pourtant il s’agit aussi d’un prénom porté quelquefois par des hommes…
Il n’y a pas de règles. C’est ce que permet l’écriture : créer en toute liberté.
En ce qui concerne le prénom du personnage central masculin, dévoilé volontairement un peu tardivement dans le roman, je dois apporter quelques éclaircissements.
Celui-ci se nomme Chayton. Cela m’a valu quelques commentaires et des questions en tous genres… (rires).
Chayton est un prénom d’origine amérindienne et en langage sioux cela signifie « Faucon ».
Dans notre histoire, cela a du sens. Je reconnais toutefois qu’il s’agit d’un prénom très peu usité.

Pourquoi avoir choisi de situer l'action de votre livre à l'étranger ? Il n'y a pas assez de belles choses ici, dans la vieille Europe ?
Si, évidemment !
Sauf que je rêvais de grands espaces, que ce territoire me fascine et que c’était à cet endroit même que je désirais planter mon décor. Le lieu est un personnage à part entière, il tient un rôle crucial. C’est plus flagrant encore dans le manuscrit que je suis en train d’écrire.

Comment vous êtes-vous tournée vers l'écriture ?
Naturellement. Par envie et par plaisir.
J’ai écrit cette histoire sans me poser de questions et sans tirer de plans sur la comète.
L’idée de l’édition m’est apparue plus tard, mon manuscrit se trouvait alors à un stade bien avancé.

Votre livre est très inspiré, mais on décèle à la lecture de votre blog quelques maladresses. Avez-vous bénéficié du travail d'un correcteur pour l'édition papier ?
Oui bien entendu.
Je l’ai confié à des mains expertes avant de l’adresser à des éditeurs.
Ensuite, avec mon éditeur nous avons travaillé la maquette par deux fois avant de boucler l’édition papier.
Il s’agit d’un premier roman, il est nécessairement imparfait. Subsistent sans doute quelques maladresses ou longueurs. Les lecteurs et les critiques me le diront.
Mais un premier roman cela a du charme aussi pour ces raisons-là. On y trouve souvent ce petit quelque chose, bouleversant de fragilité et d’authenticité, qui se perd et disparait dans l’écriture des romans suivants. Bien sûr quand la lecture devient une épreuve et que les mots sont maltraités, on peut parler d’échec.

Qui vous édite et quels rapports entretenez-vous avec votre éditeur ?
Je suis éditée par une petite maison d’édition indépendante de Paris, les Éditions du Velours.
Nous avons immédiatement eu de très bons contacts. Actuellement nous nous parlons tous les jours au téléphone. Ils sont très présents et impliqués. Il y a quelques heures, j’étais d’ailleurs en conversation avec le directeur littéraire.

Comment avez-vous mis en place la promotion de votre livre et dans quel contexte ?
La promotion à proprement parlé n’a pas encore commencé.
Cela se met en place petit à petit.
J’ai créé un blog il y a quelques mois, blog sur lequel figurent des extraits du roman et une bande annonce. Le plus gros reste à venir, en tous les cas je l’espère.

Que pensez-vous amener de nouveau à la littérature d'aujourd'hui ?
Cette question est terrifiante… Dois-je amener quelque chose de nouveau ? Serais-je assez fière pour pouvoir prétendre à la réalisation d’une telle chose ?
Je suis une admiratrice inconditionnelle de Guillaume Musso. Il a apporté un souffle nouveau à la littérature française en conjuguant à la perfection le monde réel, dans ce qu’il a de plus dur parfois et le monde imaginaire, naïf et enchanteur de notre enfance.
Cela je l’affirme en tant que lectrice, selon les émotions que j’ai ressenties au fil des pages.
En tant qu’auteur je ne peux aspirer qu’à une chose, celle d’apporter du plaisir et du bonheur aux gens.
Pour l’instant je ne prétends rien, j’espère et j’espère seulement.

Que pensez-vous encore améliorer dans votre style ?
Je pense qu’un auteur doit poursuivre, sans cesse, sa quête d’enrichissement et de perfectionnement, sans jamais toutefois prétendre être parvenu à son but.
Ce qu’il me reste à apprendre, je ne saurais le dire ni le quantifier. Je m’efforce aujourd’hui d’avoir un style moins travaillé, plus libéré.

Avez-vous d'autres projets littéraires ?
Oui. Le temps me fait défaut, mais je travaille sur un second manuscrit, très différent du premier d’ailleurs.

Merci, Céline Natale, d'avoir répondu à mes questions. Pour plus d'information au sujet de votre livre De nos grandioses métamorphoses, nos lecteurs peuvent vous retrouver sur votre blog : http://grandioses-metamorphoses.vefblog.net/

Merci à vous Lotis.

ITV Réalisée 11 Mars 2011

source: http://www.auteursavenir.com/litterature-auteurs,livre-pas-cher/livres-litterature/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metamorphoses.forumdediscussions.com
Lilou



Messages : 5
Date d'inscription : 15/03/2011

MessageSujet: Re: Interviews sur le web   Mar 15 Mar - 12:53

tres bonne ITW ^^

Céline à bien raison, l'écriture doit rester un plaisir. elle nous permets de nous évader et de nous faire rever, parfois meme de nous inventer une autre vie

Je vois ca comme un défouloir moi.

merci pour toutes ces itw ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matcha

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 15/03/2011

MessageSujet: Re: Interviews sur le web   Mar 15 Mar - 15:28

Ah je viens de découvrir certaines itv que j'avais pas vu, je vais les lire (c'est vrai que Chayton m'avait intrigué en lisant sur le forum le nom des persos)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ladydarline

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Interviews sur le web   Mar 15 Mar - 16:07

le présnom est terrible !!!!! j'adore ca ne sonne pas comme du vu et revu de l'entendu et du...bref on se comprend quoi !!!!!

en tout cas c'est clair l'écriture c'est la meilleure des thérapie, le meilleur défouloir...ca aide au quotidien !!!

Celine t'as résumé à la perfection ce qu'est un auteur talentueux et modeste !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interviews sur le web   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interviews sur le web
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brigitte Bardot "Take One"
» Interviews de personalités du MoDem de la semaine
» Interview d'une sage-femme AAD
» Au sujet des limites, deux interviews d'Isabelle Filliozat
» Boucher, Chanoine Armand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De nos grandioses métamorphoses :: Le Livre :: Les Interviews de l'auteure-
Sauter vers: